Simulateur de regroupement de crédits à la consommation

comparateur de regroupement de prêtsLe simulateur rachat de crédits vous permet d’analyser en quelques secondes votre situation financière en tant qu’emprunteur. Simple et rapide, il est à votre disposition pour calculer votre taux d’endettement et votre reste à vivre en cas de rachat de crédit conso. Le simulateur dédié au rachat de crédits conso est fait pour analyser de façon simple et rapide la situation financière d’un emprunteur qui souhaiterait regrouper ses différents prêts de façon à réduire le montant de ses intérêts et le montant de ses mensualités. L’outil fonctionne comme une calculette : il suffit d’entrer ses données chiffrées pour obtenir un résultat qui va illustrer sa capacité de remboursement. C’est cette capacité de remboursement, transcrite au travers du taux d’endettement et du reste à vivre, qui servira à poser les bases d’un dossier de rachat de crédits conso.

Pourquoi procéder au rachat de ses crédits conso ?

En simulant le regroupement de ses différents emprunts, on réalise rapidement les avantages liés au regroupement de crédits. L’opération permet en effet de ne plus avoir qu’une seule mensualité dont on ajustera le montant en fonction de ses ressources. Selon les cas, on cherche à réduire le montant des mensualités ou au contraire à diminuer le nombre de ces dernières. Le rachat de crédit simplifie également les procédures, puisque l’on n’a plus qu’une seule date de prélèvement pour son nouveau prêt. Enfin, sous condition, on ouvre la possibilité de financer un nouveau projet, ce qui se révèle souvent complexe quand on a déjà plusieurs crédits conso engagés.

Simulation d’un regroupement de crédits

Le simulateur travaille sur la base des informations du demandeur, réparties selon deux axes. Le premier concerne la situation de l’emprunteur et les ressources dont il dispose. Il faut donc dans un premier temps préciser les revenus mensuels du foyer. Ici, gardez en tête que la calculette se montre d’autant plus efficace que les données indiquées sont précises. Pensez donc à agréger vos salaires, vos allocations ou vos éventuels revenus complémentaires (locatifs par exemple). La simulation aborde également la question du logement : l’emprunteur est-il propriétaire ou locataire ? Dans le second cas, il convient de préciser le montant du loyer. Le second volet des informations concerne les crédits conso en cours : combien y’en a-t-il, quel montant représentent les mensualités au total, quel est le capital restant dû ? Enfin, le simulateur s’intéresse aux modalités de rachat de crédit conso : quelle est la durée de remboursement souhaitée, et quelle est la trésorerie disponible désirée ?

Scénario d’un rachat de prêts conso

Sur cette base, le calculateur va estimer un premier scénario de rachat de prêts conso et proposer une estimation de la mensualité qu’il serait possible d’atteindre. Pour ce faire, il étudie le montant des crédits à racheter et regrouper et prend en compte la situation de l’emprunteur (propriétaire ou locataire). Il calcule ensuite une échéance réduite en tenant compte du taux d’endettement maximum toléré par les banques, ainsi que du calcul du reste à vivre. En simulant son rachat de crédit, on ajuste les éléments chiffrés de façon à comprendre plus précisément les ressources dont on dispose et les dépenses auxquelles le foyer doit faire face. Le calcul pourra par exemple porter sur le montant des mensualités, afin de trouver l’équilibre qui corresponde le mieux possible à ses besoins réels.

Calculette : le cas concret

Monsieur et madame X totalisent 2000 euros de revenus par mois. Ils sont propriétaires de leur maison, mais ont dû souscrire deux crédits conso pour faire face à des dépenses exceptionnelles. Le premier concerne l’achat d’une nouvelle voiture, tandis que le second sert à financer les études supérieures de leur fille. Ces crédits conso représentent des mensualités de 800 euros par mois, et couvrent un capital restant dû de 20 000 euros. Très vite, ils visualisent que leur taux d’endettement est de 40%, et que leur reste à vivre est de 1200 euros par mois. Grâce au simulateur, ils étudient ensuite comment leurs crédits conso pourraient être regroupés au sein d’un prêt unique dont la durée sera ajustée en fonction de la mensualité désirée. Monsieur et madame X découvrent de cette façon que le rachat de crédit conso va leur permettre de passer sans difficultés particulières sur une mensualité de 400 euros, ce qui augmentera d’autant leur reste à vivre.

Simulateur : 1e étape avant la constitution d’un dossier

Les informations et propositions affichées par le simulateur de rachat de crédits ne constituent pas une offre de crédit, mais une simple estimation. L’outil se base sur les informations fournies par l’emprunteur pour calculer un taux d’endettement, un reste à vivre ou un plan de remboursement théoriques. Il ne se substitue pas à l’établissement financier qui procèdera à l’examen des pièces fournies dans le cadre du dossier de rachat de crédit avant de formuler une réponse définitive. Cette calculette permet d’obtenir rapidement un aperçu des offres que sont susceptibles de formuler les créanciers spécialisés dans le regroupement de prêts conso. Il peut donc y avoir des différences entre les résultats du simulateur et les propositions des établissements de crédit. La simulation est en revanche tout à fait adaptée pour calculer dans quelle mesure la diminution du montant des mensualités peut entraîner un allongement de la durée du remboursement ainsi que son éventuel impact sur le coût total du crédit. La calculette dédiée au rachat de crédit conso est donc un outil simple pour établir la liste de ses crédits à regrouper, définir la somme dont on a besoin pour gérer ces emprunts ou ses éventuels nouveaux projets, et étudier le bon équilibre entre durée du contrat et mensualités. En passant par un simulateur, on obtient un aperçu clair et lisible de sa situation, et des modalités de regroupement de prêts qu’il est possible de négocier. On sait donc comment et selon quelles modalités restructurer sa dette pour améliorer sa solvabilité et son reste à vivre. Il ne reste plus ensuite qu’à déterminer qui sera le bon interlocuteur !